Accueil du site > Nos luttes > Actions, luttes > Cérémonie du 1er mai à la mémoire de Brahim Bouarram

Cérémonie du 1er mai à la mémoire de Brahim Bouarram

mercredi 9 mai 2012

Une gerbe de fleurs déposée, le 01 mai 2005 sur le pont du Carrousel à Paris, devant la plaque commémorant la mort de Brahim Bouarram (AFP)

Près de 300 personnes, dont les anciens candidats à l’Elysée Jean-Luc Mélenchon et Eva Joly, ont rendu hommage mardi à Paris à Brahim Bouarram, jeté dans la Seine le 1er mai 1995 par des manifestants issus d’un cortège Front national.

En fin de matinée, regroupés derrière une banderole « Pour que la mémoire de Brahim Bouarram et de toutes les victimes des crimes racistes reste vivante », les participants ont jeté des bouquets de fleurs à l’endroit où le jeune Marocain a été précipité dans le fleuve, à proximité du Pont du Carrousel.

En présence du fils de Brahim Bouarram, Saïd, neuf ans à l’époque des faits, une minute de silence a été respectée avant que plusieurs responsables d’associations (Association des travailleurs maghrébins de France/ATMF, Mrap, Ligue des droits de l’homme/LDH) prennent la parole.

En plein entre-deux-tours et à quelques centaines de mètres du rassemblement du FN, la présidentielle s’est invitée dans cette cérémonie annuelle.

----------------------------------------------------------------------

« Ce jour où Brahim Bouarram est mort, c’est la République française et ses valeurs qui ont été agressées. Aujourd’hui encore ces valeurs sont agressées et maltraitées », a déclaré le président de la LDH, Pierre Tartakowsky. « Alors que le Front national répand son poison et son venin dans tout le pays, que le président de la République lui-même en est infecté, il faut qu’on montre qu’on sait ce que signifie cet évènement » du 1er mai 1995, a pour sa part affirmé à la presse Jean-Luc Mélenchon (Parti de Gauche), qui a été chaleureusement accueilli.

Interrogée par l’AFP, l’ex-candidate d’Europe Ecologie-Les Verts (EELV), Eva Joly, a également jugé « de plus en plus important de marquer cet anniversaire dans le contexte d’escalade de la xénophobie d’Etat ». « Il faut montrer que la France ça n’est pas ça », a-t-elle dit. Présente à ses côtés, la secrétaire nationale d’EELV, Cécile Duflot, a souligné que ce crime représentait « un événement extrêmement triste et une leçon : quand on excite la haine et les esprits faibles on peut aboutir à ce genre d’horreur ».

La mairie de Paris a aussi marqué cet anniversaire lors d’une cérémonie à 09H00, en présence du maire Bertrand Delanoë et de plusieurs adjoints dont Anne Hidalgo. Il a été procédé à un dépôt de gerbe, sans prise de parole.

Il y avait beaucoup de nos militant(e)s : de Gennevilliers (Arbi, Abdellah, Omar, Omar z, Toumi), de Paris (Fatima qui a d’ailleurs animé le rassemblement, Hicham, Rachid, Bettioui, Amgoune, aziz), d’Argenteuil (Radi, Fouzia h, Khadija, Sherazade, Moukhtar, Robio, Belaid, Laarbi, Bernard, Slimane, Abdallah ...), plus d’autres militant(e)s comme Michèle sibony, Zniber, Tahri, Khadija, Mustafa (St Denis) ; du national il y avait Sandrine, Saïd, Nacer ; à noter aussi la présence massive du collectif des sans-papiers mobilisés grâce à notre ami guittoune.

Une gerbe de fleurs a été déposée, et Driss Elkherchi, président de l’ATMF a lu le discours ci-dessous.
L’après-midi, nous sommes allé(e)s à Denfert Rochereau pour la grande manif (d’autres militants étaient là comme Farid).

Un grand merci aux camarades qui se sont mobilisé es pour la réussite de ce rassemblement : Nacer, Saïd, Sandrine, Fouzia h, Fatima, Hicham et Rachid.

Discours de Driss Elkherchi, président de l’ATMF :

Cher e camarade,
Cher e ami e,
Madame, Monsieur,
Il a été rappelé par notre camarade Fatima, que le 1er mai 1995, Brahim Bouarram a été tué par des lepénistes ici même.
Depuis, nous sommes chaque fois très nombreux à nous rassembler en sa mémoire, à chaque premier mai.
Nous sommes très nombreux à appeler à la condamnation de ces crimes racistes et odieux commis par des porteurs des idées de la haine.
Nous sommes aussi très nombreux à combattre les idées racistes entretenues pour fabriquer des tueurs de tout ce qui est étranger, immigré, noir, arabe, musulman, juif, et enfin tout être progressiste qui défend l’égalité des droits entre immigré e et français e.
Oui cette égalité des droits, c’est paraît il ce qui fait souffrir ceux qui votent le front national et ses idées haineuses et xénophobes.
Ce mot souffrance, vous l’avez remarqué, est devenu à la mode ces jours ci. Le philosophe Pierre Tevenian a écrit récemment que ce qui fait souffrir ceux qui votent le front national, c’est le racisme qui est en réalité une maladie qu’il faut éradiquer.
A cause de ce racisme, la liste des victimes des idées xénophobes ne cesse de s’allonger chaque année, et ce, malgré nos résistances et nos combats.
Face à ce constat, l’explication est là, et elle est même d’actualité :
Si nous ne ne voulons plus d’assassinats racistes, si nous ne voulons plus de contrôle au faciès avec ses conséquences dramatiques, si nous ne voulons plus de lepénisation des esprits et des politiques, si nous voulons l’égalité des droits, et la liste est longue sur les incriminations des immigré e s et des discriminations dont ils elles sont victimes ; eh bien cher e camarade et ami e s, il faut incriminer les lepénistes et leurs discours de haine.
Mais malheureusement, les déclarations de certains candidats lors de cette campagne présidentielle sont loin de poser ce principe comme promesse une fois élu.
Au contraire, on commence à banaliser encore plus haut et plus fort les idées lepénistes et, le vote pour le front national, est qualifié comme un vote de souffrance qu’il faut écouter.
Il y a peut être de la souffrance, mais il y a surtout la maladie du racisme.
S’il y a une souffrance qui doit être écoutée en ce moment, c’est celle des sans papiers, des immigré e s, des musulmans, des chômeurs, et la liste est longue.
A l’ATMF, on ne peut s’empêcher de rappeler que les discours anti-immigré es en France et en Europe, produisent des conséquences dramatiques de l’autre coté de la méditerranée, puisque, la police marocaine,ces jours ci, procèdent à des arrestations violents des migrant e s subsaharien e s qui sont bloqué e s au Maroc.
Encore une fois, notre résistance et notre combativité seront toujours présentes pour combattre le racisme, pour l’égalité des droits et pour un vivre ensemble.
Merci

ATMF,
Paris, le 1er Mai 2012

Photos : Slimane.

ATMF Argenteuil - 26, boulevard du Général Leclerc - 95100 Argenteuil
Tel : 01.39.80.45.40 - Fax : 01.39.82.81.48 - Email atmfargent Yahoo
Agrément jeunesse et sport n°952008JEP006 Siret 3846307030013
squelette| Se déconnecter | | Espace privé | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0